Un monde basé sur facilité et profit n’est pas propice au développement culturel, l’impact sur l’Art et la culture est impressionnant. « A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgence, on finit par oublier l’urgence de l’essentiel » Edgar Morin – La méthode –

La « crise sanitaire » nous révèle que nous avons un problème mondial pour le développement de la culture, il existe de moins en moins de soutien pour de véritables projets culturels. Ceux-ci sont pourtant indissociables des projets de société.
« à une époque on estimait la culture autant que la médecine, soutenir un artiste aujourd’hui, dans l’esprit d’une population mal informée, c’est faire de l’humanitaire ». Antoine Titus « Les artistes français, des auteurs assistés ou en manque d’assistance ? » 04/11/2014

À la crise économique, sanitaire, répond en effet une crise de la culture, mêlant gaspillages, exclusions, appropriations brutales.
La force des États est d’instaurer une régression de l’éducation, une acculture, nivellement par le bas qui diminue les facultés de penser, de réflexion et de réaction.
Une « culture » de l’intolérance est une menace pour la culture et la démocratie. (Statues déboulonnées, l’écriture inclusive, les titres de livres cultes changés…)
Nous voyons s’appauvrir la langue, en la réduisant à un nombre de mots limités auxquels on ne fait qu’ajouter des plus ou des moins… nouveaux mots en “non”, comme « non-essentiel », « non-réouverture » ou « dé-confinement »
« Quand on oublie les mots, on oublie les choses, et si l’on oublie Homère, on oublie Voltaire et Rousseau, et Montesquieu… » disait Jacqueline de Romilly
Il nous faut combattre contre le désarroi que provoque la perte des racines, la méconnaissance des langues mères, de la pensée et des valeurs des anciens.
« Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude » Albert Camus

La culture est un rempart contre la barbarie.
À l’aune de la pandémie mondiale qui sévit, lire et relire est nécessaire en ces temps de pessimisme ambiant et de discours déterministe.
Le projet en cours « Façon-façon », juste parce que la Culture ne doit jamais s’arrêter, ce sont des œuvres offertes pour interpeller les gens, promouvoir une vie culturelle qui est, en ce moment, au ralenti et très bousculée.
Allumons une flamme de Liberté, la vie a un rythme, elle est en perpétuel mouvement. Si nous sommes obligés de fermer les salles, créons dans la rue, créons en ligne.

Souhaitons, à toutes et tous, de belles aventures, jouer, chanter, danser, écouter la nature, des projets audacieux, des lectures palpitantes, des échanges culturels et artistiques…
Liberté, santé, prospérité, bonheur… Régénération des cités et de l’éducation, la réanimation des fraternités.

P. R. le 15 janvier 2021

_2PR6281

_2PR6287